Des jouets pas si inoffensifs que ca...

Des jouets pas si inoffensifs que ca...

Ajouté le 25 novembre 2010
Tags : jouets, substances chimiques, bpa, phtalates
Favoris Google Favoris Yahoo Favoris Live Partager cet article sur Facebook Ajouter sur MySpace Partager sur Digg Partager sur Del.Ici.Us Ajouter sur Technorati Ajouter sur Blogmarks
A l'approche de Noël, il est bon de rappeler que dans certains jouets, même de grandes marques et malgré une législation adopté le 18 décembre 2008  visant à renforcer sensiblement la sécurité des jouets, on retrouve des substances chimiques particulièrement nocives pour l'enfant : phtalates, formaldéhyde, nonylphénol, métaux lourds ou encore hydrocarbures aromatiques polycyclique, substances parfumantes allergisantes.

On pourrait croire pourtant que les jouets sont particulièrement surveillés par des organismes indépendants, or ce n'est pas le cas, un contrôle indépendant n'est pas encore obligatoire sur le marché Européen.

Un colloque récemment organisé par le WECF au Pavillon de l'Eau a réuni des acteurs variés: fabricants et distributeurs de jouets, organismes de certification, mais aussi scientifiques, décideurs politiques, ONG et associations de protection des consommateurs autour d'un vrai sujet de santé publique : l'exposition des enfants à des substances chimiques très préoccupantes à travers les jouets.

Quel constat ?

Les impacts des substances sur l'enfant sont loin d'être anodins, comme l'a rappelé Anne-Corinne Zimmer, auteure d'un livre sur les polluants chimiques  : alors que le formaldéhyde est classé comme cancérigène certain par le CIRC, les phtalates, perturbateurs endocriniens, ont été mis en lien avec de multiples troubles graves: baisse de la fertilité, puberté précoce ou féminisation des populations, troubles du comportement, diabète, cancers hormonaux-dépendants. Inutile de rappeler que le plomb, l'un des métaux lourds retrouvé dans les peintures de certains jouets ou les bijoux pour enfants, est un neurotoxique reconnu, aux effets délétères sur le développement du cerveau, et ce dès les premiers degrés d'imprégnation.

Le Dr Yorghos Remvikos, Professeur à l'Université de Versailles St Quentin, et Christophe Rousselle de l'ANSES, ont exposé que la multiplication des substances chimiques dans la fabrication des jouets nous obligeait à revoir notre méthodologie pour évaluer les risques, afin de prendre en compte tous les facteurs : non seulement la toxicité d'une substance, mais aussi les expositions multiples, la vulnérabilité particulière de l'enfant,  les inégalités sociales, les enjeux économiques qui sont de taille sur le marché du jouet.

Corinne Lepage, Vice Présidente de la Commission ENVI au Parlement européen à affirmé que la Directive Jouets (Règles de sécurité renforcées, interdiction de substances cancérigènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction ainsi que restriction d'usage de métaux lourds et de parfums font partie de la nouvelle législation) contenait des lacunes, car le texte initial a subi de nombreux amendements qui n'allaient pas dans le bon sens.

La réglementation européenne REACH pourrait-elle alors nous aider à mieux protéger les enfants des substances chimiques ? Pas si l'on en croit Christian Schaible, du Bureau Européen de l'Environnement : une enquête menée par cette ONG en collaboration avec WECF et d'autres partenaires, révèle que 75%  des distributeurs ne respectent pas le « droit à savoir « du consommateur .

Source : WECF France

Sur Ecocompare.com, nous souhaitons mettre en avant des jouets plus respectueux de l'environnement mais aussi de la santé. En effet nous notons des produits pour les critères Fabrication/Substitution matière toxique par autre composant non nocif et Utilisation / Réduction des produits ou émissions toxiques permettant une utilisation à moindre risque pour la santé ou l'environnement.

Consultez le guide JOUETS de WECF, Il donne des informations concises aux parents sur les substances chimiques contenues dans les jouets et les aide dans le choix des jouets sûrs pour la santé de leurs enfants.


Donnez votre opinion sur cet article
Votre nom ou pseudo (requis)
Votre email (requis, invisible pour les autres visiteurs)